[Critique et analyse] First Man : le premier homme sur la Lune

Affiche First Man.jpg

Film tant attendu en cette fin d’année, « First Man : le premier homme sur la Lune », a accumulé les critiques élogieuses avant sa sortie, mais ne semble pas connaitre pour le moment, aux États-Unis, le succès « commercial » que l’on attendait de lui, du moins n’atteint pas pour le moment les chiffres espérés par Universal… Le biopic sur Neil Armstrong fera-t-il plus déplacer les spectateurs en salles en France ? Si la concurrence est rude à cette période de l’année, après avoir visionné le film dans les salles obscures ces derniers jours, une chose est sûre : le film mérite tout de même bien d’être vu.

Sorti en 2018.

Réalisation par Damien Chazelle.

Scénario par Nicole Perlman et Josh Singer, d’après la biographie First Man: The Life of Neil A. Armstrong de James R. Hansen.

Société de production : Amblin Entertainment, DreamWorks SKG, Temple Hill Entertainment, Phantasma et Universal Pictures.

Sociétés de distribution : Universal Pictures (États-Unis), Universal Pictures International France (France).

Musique : Justin Hurwitz.

Avec Ryan Gosling (Neil Armstrong), Claire Foy (Janet Shearon, première épouse de Neil Armstrong), Gavin Warren / Luke Winters (Rick Armstrong, fils aîné d’Armstrong), Connor Blodgett (Mark Armstrong, fils cadet d’Armstrong), Lucy Stafford (Karen Armstrong, fille d’Armstrong), Kyle Chandler (Deke Slayton, membre des Mercury Seven et premier patron des astronautes), Jason Clarke (Ed White, premier américain à « marcher » dans l’espace (Gemini 4); mort dans Apollo 1).

First Man film octobre 2018

Synopsis Pilote jugé « un peu distrait » par ses supérieurs en 1961, Neil Armstrong sera, le 21 juillet 1969, le premier homme à marcher sur la lune. Durant huit ans, il subit un entraînement de plus en plus difficile, assumant courageusement tous les risques d’un voyage vers l’inconnu total. Meurtri par des épreuves personnelles qui laissent des traces indélébiles, Armstrong tente d’être un mari aimant auprès d’une femme qui l’avait épousé en espérant une vie normale.

Ma vision du film :

Je n’avais encore jamais visionné un seul long-métrage avec Ryan Gosling. Ni même un seul film de Damien Chazelle (non, non, pas même le phénomène « La La Land », mais je promets de bientôt réparer cette erreur). Après avoir vu « First Man » ce week-end au cinéma, c’est désormais une double chose de faite !

Le film narre les huit années précédant le premier pas de Neil Armstrong sur la Lune, le 20 juillet 1969. Y sont mêlés les préparations, les essais, mais également et intrinsèquement liées la vie familiale et personnelle de Neil Armstrong, qui ne seront pas forcément jugées nécessaires  par les spectateurs ne souhaitant voir ici que du spectaculaire, du sensationnel. Mais malgré tout cette « immersion » dans l’intimité de l’astronaute s’avère indispensable afin de comprendre pourquoi ce dernier s’est jeté corps et âme dans cette folle aventure, cet évènement qui restera à jamais dans l’Histoire.

Ryan Gosling Neil Armstrong First Man

Rentrant directement dans l’aspect « dramatique » par des premières scènes difficiles, le film n’éludera aucun moment difficile, aucun drame, aucune blessure physique ni morale, ne cherchera pas à « embellir » la vie de Neil Armstrong ou les essais préparatoires à cette mission historique que sera Apollo 11, comportant son lot inévitable de catastrophes.

Mais il ne fera pas non plus l’impasse sur les réussites, les moments de joie, de grâce et de fierté ressentie lorsque les astronautes vivront enfin le Graal, donnant enfin en quelque sorte pour eux un sens à tous les sacrifices vécus, quels qu’ils soient. Certaines images se suffiront à elles-mêmes pour comprendre, [Attention spoiler] notamment une scène poignante, vers la fin, lorsque Neil Armstrong fera ses premiers pas sur la Lune… [Fin du spoiler].

Damien Chazelle a pris le parti de cadrer les visages des protagonistes en gros plan, notamment Ryan/Neil, pour être au plus près de ses ressentis, comme si l’on vivait avec lui ses émotions [Attention spoiler] (notamment ses pleurs, lors de la perte de sa fille malade, au début du film). [Fin du spoiler].

Biopic Neil Armstrong First Man

Le réalisateur a également souhaité « étirer » certaines scènes dans le temps, [Attention spoiler] (notamment d’ailleurs lors de cette même scène de pleurs lorsqu’il vient de perdre sa fille au début du film) [Fin du spoiler], comme si nous étions nous-mêmes à côté de lui, dans la pièce, et que l’on pouvait même, à un moment, « déranger », se sentir de trop. À cela, deux réactions possibles chez le spectateur : soit ce dernier aime ressentir une certaine proximité avec le personnage, soit il peut se sentir gêné. J’ai d’abord pour ma part ressenti la première option, puis je me suis par la suite sentie assez gênée je l’avoue, au fur que et à mesure que la scène venait à durer.

Il se dégage, tout au long du long-métrage, une froideur palpable, jamais vraiment de chaleur, entre les personnages, notamment au sein même de la famille de Neil Armstrong, même si on assiste, dans certaines scènes, à certains moments de complicité, de jeux entre les parents et les enfants… On ressent à chaque instant entre eux une tension toujours présente, de par les épreuves vécues, la dureté, la peur et l’incertitude quant aux expériences vécues par Neil Armstrong et ses « collègues » astronautes. Cela retranscrit sans doute la véritable personnalité de Neil Armstrong qui fut souvent décrit comme froid, taiseux, et taciturne. Ryan Gosling, afin de se préparer à son rôle, a rencontré la famille de Neil et s’est inspiré de leurs témoignages.

Claire Foy film First Man

Janet, l’épouse de Neil Armstrong (Claire Foy).

Les différentes scènes où les astronautes se trouvent dans le vaisseau, soit pour des essais, soit pour de « vraies sorties » dans l’espace, ou pour le grand jour du 20 juillet 1969, sont absolument incroyables de réalisme, si bien que l’on se sent soi-même comme confiné avec eux dans ce minuscule cockpit, à ressentir l’isolement, le stress, l’angoisse (gare d’ailleurs aux claustrophobes), et quand ils en viennent à rencontrer certains problèmes, on se met à s’agripper à son siège de toutes ses forces, et quand on sort de la salle, on peine pendant quelques minutes à savoir où l’on se trouve, surtout s’il fait nuit quand on sort de la séance.

La musique est quant à elle, magnifique, et colle parfaitement aux différentes ambiances voulues lors de certaines scènes. Les images de la Lune sont très belles également, on s’y croirait vraiment, et les traces de pas sur la Lune semblent bien réelles.

Ryan Gosling First Man

[Attention spoiler] En revanche, la fin du film est assez expéditive, on ne voit rien du retour sur Terre des astronautes, et quant à la scène finale, elle laisse quelque peu perplexe… Dommage de laisser ce long-métrage se finir ainsi, à mon sens, après 2h30 de tant d’intensités vécues auprès des personnages. [Fin du spoiler].

Je ne regrette cependant pas d’avoir vu « First Man » au cinéma, et il ne m’a d’ailleurs pas paru aussi long que sa durée le laisse présager, malgré donc quelques scènes trainant en longueur. Je vous laisserai le soin de vous faire votre propre avis sur le film, en espérant que mon humble analyse sur ce dernier ait aiguisé en vous une certaine curiosité.

Neil Armstrong sur la lune film First Man 2018

[Photos et bande-annonce] First Man, le premier homme sur la lune – Sortie le 17 octobre 2018

Affiche First Man.jpgNarrant les huit années passées entre le discours ambitieux de John Fitzgerald Kennedy en 1961, ayant la volonté d’envoyer le premier homme sur la lune, jusqu’à ce fameux jour historique du 21 juillet 1969, où ce fut un « petit pas pour l’homme, mais un grand pas pour l’humanité », « First Man, le premier homme sur la lune » a ouvert la 75ème édition de la Mostra de Venise. Ryan Gosling interprète Neil Armstrong. À découvrir au cinéma le 17 octobre prochain.

Réalisé par Damien Chazelle. Scénario par Nicole Perlman et Josh Singer, d’après la biographie First Man: The Life of Neil A. Armstrong de James R. Hansen. Sortie le 17 octobre 2018 en France.

Avec Ryan Gosling, Claire Foy, Corey Stoll, Kyle Chandler, Jason Clarke….

Synospsis: L’histoire fascinante de la mission de la NASA d’envoyer un homme sur la lune, centrée sur Neil Armstrong et les années 1961-1969. Inspiré du livre de James R. Hansen, le film explore les sacrifices et coûts – d’Armstrong et de la nation – d’une des plus dangereuses missions de l’Histoire. 

Voici l’affiche, quelques photos et la bande annonce en VF. Irez-vous voir ce film dans les salles obscures ?