[Critique et analyse] Minuscule 2 : Les mandibules du bout du monde

Nos symAffiche Minuscule 2pathiques insectes sont de retour ! Après le succès du premier long-métrage « Minuscule – La Vallée des fourmis perdues », sorti en 2014 (plus d’1 500 000 entrées en France, plus de 2 millions dans le monde, le film étant sorti dans 50 pays), et une myriade de récompenses glanées (dont le César du meilleur film d’animation en 2015), les coccinelles, fourmis et l’araignée mélomane nous enchantent de nouveau. Et si nos intrépides insectes vivent toujours dans le parc du Mercantour, ils vont voyager pour ce deuxième opus en Guadeloupe : dépaysement garanti et rencontres plus ou moins heureuses, sous le soleil !

Sorti en 2019.

Film d’animation français. Durée : 1h32.

Réalisation et scénario par Thomas Szabo et Hélène Giraud.

Musique : Mathieu Lamboley.

Studios d’animation : THE YARD / SUPAMONKS.

Société de production : Futurikon.

Distribution : Futurikon, Le Pacte.

Avec la présence à l’écran et les voix de Thierry Frémont (l’épicier), Bruno Salomone (l’homme qui mâche du chewing-gum), Stéphane Coulon (le conducteur du van), Sarah Cohen-Hadria (la mère).

Minuscule 2 extrait du film

Crédit photos: dossier presse Le Pacte.

Synopsis : Quand tombent les premières neiges dans la vallée, il est urgent de préparer ses réserves pour l’hiver. Hélas, durant l’opération, une petite coccinelle se retrouve piégée dans un carton… à destination des Caraïbes !
Une seule solution : reformer l’équipe de choc ! La coccinelle, la fourmi et l’araignée reprennent du service à l’autre bout du monde. Nouveau monde, nouvelles rencontres, nouveaux dangers… Les secours arriveront-ils à temps ?

Ma vision du film :

Je vais vous faire un aveu : pourtant grande « amoureuse » des animaux, j’ai toujours eu, malgré moi, depuis que je suis petite, peur des insectes, mais j’ai toujours eu de la tendresse et toujours beaucoup aimé les coccinelles (ce qui est toujours le cas aujourd’hui, d’ailleurs). Pour moi, en voir était toujours un évènement, car cela était rare. Avec « Minuscule », coccinelles bien sûr mais aussi fourmis voire araignées, me paraissent sous un jour nouveau.

Minuscule 2 Les mandibules du bout du monde

Avec « Minuscule 2 : Les mandibules du bout du monde », ces petites bêtes généreuses, solidaires, débrouillardes, courageuses et ayant le sens de l’amitié nous reviennent, pour le plus grand bonheur, nous partager leurs nouvelles aventures ; toujours dans le Mercantour, dans les Alpes du sud, mais également en Guadeloupe, où une des coccinelles va malencontreusement s’envoler. Ses ami(e)s insectes vont venir la sauver, avec entre autres une des fourmis et l’araignée mélomane au fort caractère.

Les créateurs de ce petit monde inventif et poétique, réalisateurs (Thomas Szabo et Hélène Giraud) comme animateurs, ont réussi à rendre ces « minuscules » attachantes, et en particulier donc, cette araignée inséparable de son baladeur, et dégourdie.

Minuscule 2 extrait du film_2

Ce nouvel opus est une merveille visuelle, mais également sonore : un graphisme très réaliste, une musique magnifique, ponctuant au couperet les évènements du film, et soulignant divinement les différentes ambiances (émotion, suspense, moments d’humour…). On passe en alternance d’un environnement à l’autre (de la montagne en hiver et ses couleurs froides, à la Guadeloupe et sa nature luxuriante), malgré quelques longueurs qui se font sentir au milieu du film. Les aventures de nos insectes préférés nous tiennent néanmoins en haleine jusqu’au bout, même si cela pourrait faire « décrocher » quelque peu les plus jeunes de l’écran, le film étant muet ; mais l’attachement sans doute déjà présent de ces derniers pour ces petits personnages déjà vus à la télé (la série « Minuscule » sur France 5) et la curiosité attisée par certaines scènes qui stimuleront leur imagination (mais également celle des plus grands), sauront sans nul doute les magnétiser jusqu’à la fin.

Car même si ces insectes ne parlent pas, elles ont leur propre mode de communication bien à elles, ce qui suffit à faire travailler notre imaginaire, en extrapolant ce qu’elles peuvent bien se dire entre elles. Aussi, certaines scènes pourront nous faire nous intéresser davantage à ses petites bêtes méconnues, et à leur mode de fonctionnement, leurs habitudes et leurs « rites » : ce que l’on voit d’elles, dans certaines scènes, est-ce vraiment la réalité ? (pour ce qui pourrait sembler réaliste, bien entendu ?) [Attention spoiler] Notamment lors d’une des scènes, j’y reviendrai plus bas, les cérémonies funèbres et les rituels d’incantation à la pleine lune existent-elles vraiment ? Si on sait que les fourmis par exemple, organisent ce genre de cérémonies lors de la mort de l’une d’entre elles, cela est-il régenté par des « codes » bien précis ? [Fin du spoiler].

Extrait du film Minuscule 2

Car on se doute que, dans la vraie vie, [Attention spoilers] des fourmis ne vont pas réussir à porter une planche de bois à elles toutes seules, même en s’y mettant à plusieurs ; une araignée et une fourmi ne vont pas non plus traverser la moitié du globe à bord d’un bateau « volant », transporté par des ballons de baudruche. [Fin des spoilers]. Mais c’est là toute la force et la magie du cinéma, notamment d’animation, et ce qu’on attend de lui, bien souvent : (nous) faire croire à l’impossible, nous déconnecter du quotidien et nous transporter dans une bulle de bonheur et de poésie qui fait du bien, le temps d’un film. Et la magie de « Minuscule 2 » a fonctionné sur moi.

Notamment grâce à des scènes hilarantes, comme celle où, [Attention spoiler] « enfermées » dans l’estomac du requin, la fourmi et l’araignée redoutent d’y rester ; l’araignée, n’y tenant plus, grâce à son baladeur et ses enceintes, va mettre la musique (techno) à fond afin que le requin, excédé par ce boucan à l’intérieur, les éjecte enfin. [Fin du spoiler].

Minuscule 2 extrait film bateau

Mais le film offre également quelques beaux moments d’émotion où je n’ai pu retenir ma larme. [Attention spoilers] La scène que j’évoquais plus haut, où la coccinelle de la colonie guadeloupéenne est veillée par les siens, à la pleine lune, lors de la cérémonie d’incantation, pour la faire revenir à la vie par des rites beaux et émouvants. Ou, à la fin, quand la maman coccinelle laisse son « rejeton » en Guadeloupe vivre sa vie avec son amoureuse rencontrée sur l’ile, malgré la peine que cela lui cause. [Fin des spoilers]. La musique souligne avec talent ces moments très touchants.

« Minuscule 2 : les mandibules du bout du monde » est la digne suite de son prédécesseur, sorti il y a déjà cinq ans. Je lui souhaite le même succès, car il le mérite : poétique, inventif, drôle, tendre et touchant, prônant de belles valeurs essentielles à transmettre à nos enfants dans cette société plus que trouble : la solidarité, la bienveillance, la compassion, l’amitié… Une bulle d’enchantement qui fait du bien.

Et vous, avez-vous vu « Minuscule 2 » ? Sinon, mon article vous a-t-il donné envie de le découvrir ? N’hésitez pas à réagir en laissant un commentaire !

Minuscule 2 les mandibules du bout du monde extrait_2