[Critique et analyse] Stan & Ollie de Jon. S Baird (2019)

Affiche Stan et Ollie

N’ayant connu le duo Laurel et Hardy que de nom et ayant vu quelques images de leur duo comique, j’ai tout de même été curieuse de voir le long-métrage « Stan et Ollie », qui ne retrace pas la période la plus rose de leur duo, mais celle d’après leur séparation, dix ans après cette dernière, lorsque le duo se reforme lors d’une tournée, avec par la suite l’espoir de tourner un nouveau film. Entre émotion et humour, le film est à l’image des deux compères : lorsque derrière le masque de comique se cachent des clowns tristes, cela donne un mélange bizarre de nostalgie et de mélancolie.

Genre : biographie. Durée : 1h37.

Sorti en 2019.

Réalisation par Jon S. Baird.

Scénario par Jeff Pope.

Musique : Rolfe Kent.

Société de production : BBC Films, Entertainment One, Fable Pictures et Sonesta Films.

Société de distribution : Entertainment One (États-Unis), Metropolitan Filmexport (France).

Avec Steve Coogan (Stan Laurel), John C. Reilly (Oliver Hardy), Shirley Henderson (Lucille Hardy), Nina Arianda (Ida Kitaeva Laurel), Danny Huston (Hal Roach), Rufus Jones (Bernard Delfont), Susy Kane (Cynthia Clark), John Henshaw (Nobby Cook).

Stan et Ollie_4

Synopsis : 1953. Laurel et Hardy, le plus grand duo comique de tous les temps, se lancent dans une tournée à travers l’Angleterre.
Désormais vieillissants et oubliés des plus jeunes, ils peinent à faire salle comble. Mais leurs capacités à se faire rire mutuellement et à se réinventer vont leur permettre de reconquérir le public, et renouer avec le succès.
Même si le spectre du passé et de nouvelles épreuves ébranlent la solidité de leur duo, cette tournée est l’occasion unique de réaliser à quel point, humainement, ils comptent l’un pour l’autre…

Ma vision du film :

Derrière le rire, tout n’est pas si simple qu’il n’y paraît. [Attention spoiler] Le film s’ouvre sur la scène qui donne les raisons de la séparation du duo Laurel et Hardy. [Fin du spoiler] Et l’on peur dire que leur séparation s’est faite avec pertes et fracas, très brutalement.

Stan et Ollie_3

S’attachant ensuite à raconter la période qui a suivi leur séparation, dix ans après, le long-métrage au rythme assez lent, nous apprend que le duo comique s’est reformé le temps d’une tournée, dans des petites salles, mais le public étant heureux de les retrouver, la tournée va avoir un certain succès. [Attention spoilers] Si la condition pour partir en tournée était de tourner un film par la suite, Laurel va vite savoir qu’il ne se fera pas, mais le laissera croire à Hardy. Ce dernier, en parallèle, va commencer à avoir des problèmes de santé qui l’empêcheront de terminer la tournée… Une brouille avec Laurel va également précipiter la fin définitive du duo, influencées par leurs épouses respectives : celle d’Hardy le sommant d’arrêter au vu de ses problèmes de santé, celle de Laurel, pour qui au contraire « the show must go on ». [Fin des spoilers]

Stan & Ollie et leurs épouses

Si Laurel se voit proposer de continuer la tournée avec quelqu’un d’autre que Hardy, il ne pourra néanmoins s’y résoudre… Seulement Laurel et Hardy pouvaient faire rire car ils se faisaient rire mutuellement. C’est là que réside le point fort du film : mettre en avant l’amitié masculine, qui intéresse si peu le cinéma, et c’est bien dommage. Car si bon nombre de films font l’apologie de l’amitié féminine, il n’en a que très rarement été le cas pour ce qu’il en est de l’importance de l’amitié également chez les hommes.

Car malgré les non-dits entre les deux, assez explicites cependant dans le fait de pouvoir lire entre les lignes, malgré leurs tensions, les galères, l’influence de leurs épouses, Laurel et Hardy resteront deux amis, deux compères d’un duo comique qui ne fonctionne justement ni sans l’un ni sans l’autre. Et c’est ce qui fera la magie de nombreux duos ou groupes (comiques, musicaux…) : l’alchimie. Il est si difficile, presque impossible de trouver son double, son alter ego de scène que quand on le trouve, cela en est presque un miracle.

Stan et Ollie_5

Le film aurait pu devenir une biographie mettant en lumière leur succès durant la période la plus faste de leur carrière. Mais il a été intelligent de ne rien éluder de tout ce qui s’est passé après leur séparation, joies comme peines (surtout).

« Stan et Ollie » n’est pas un chef-d’œuvre, mais est intéressant pour toutes les raisons citées précédemment. Ni gai ni triste, oscillant toujours entre les deux, nous sommes néanmoins heureux de retrouver le duo comique (ou de les connaitre mieux, ce qui fut le cas pour ma part), et de voir des instants drôles et heureux du duo sur scène.

Stan et Ollie_4