[Critique et analyse] Mr. Hublot : un court-métrage d’animation inventif et captivant

Affiche Mr Hublot« Mr. Hublot » est un court-métrage au visuel futuriste, urbain et « industriel », coréalisé par Alexandre Espigares, « papa » du magnifique long-métrage « Croc-Blanc » sorti en mars dernier (voir mon analyse ICI). Bardé de récompenses, ce court métrage d’animation très réussi met en scène un homme bourré de TOC, dont l’arrivée imprévue d’un robot chien dans son foyer va changer quelque peu le court de sa vie et de ses habitudes.

Sorti en 2013.

Réalisation par Laurent Witz et Alexandre Espigares.

Scénario par Laurent Witz.

Musique : François Rousselot.

Société de production : ZEILT Productions, WATT Frame.

Distribution : Premium Films (diffusion en salles, France, 2014).

Récompenses majeures : Oscars 2014 – Meilleur court métrage d’animation

3D Image Festival 2013 (Pologne)- Best Animation.

Kerry Film Festival 2013 (Irlande) – Best Animation.

Synopsis : Mr Hublot vit dans un monde où les gens sont partiellement faits d’éléments mécaniques, conduisant d’énormes véhicules. L’utilisation des matériaux récupérés et le gigantisme des machines règnent en maître. Mr Hublot a peur de l’extérieur : personnage retiré aux incessants TOC, il ne sort jamais de son appartement. Mais l’arrivée d’un chien de compagnie robot va l’obliger à partager son espace vital avec cet invasif compagnon.

Ma vision du film :

Je connaissais « Mr. Hublot » de nom, sans m’y être intéressée cependant plus que ça jusqu’à présent. Ayant retrouvé par hasard cet étrange personnage sur le net, j’ai visionné pour la première fois il y a quelques jours ce court-métrage sorti chez nous en 2014.

Mr-Hublot_2

Et autant dire que ce petit film d’animation est admirable, et que le visuel est magnifique. On parvient en à peine onze minutes à rentrer dans cet univers captivant, à être intrigué par ce Mr. Hublot aussi étrange qu’attachant. Peut-être certaines personnes auront pu y voir comme moi un petit air du film « Mary et Max » en ce qui concerne les troubles du personnage principal, à l’aspect beaucoup moins bizarroïde et au graphisme plus travaillé.

Travaillé au point d’avoir poussé le détail et le perfectionnisme jusqu’à l’aspect du cuir et et des coutures de la veste marron de Mr. Hublot ! Une merveille.

Mr. Hublot est un personnage bourré de TOC, a priori phobique sociale, ne sortant jamais de son appartement. Il vit un quotidien à la mécanique bien huilée, et ne supporte pas les imprévus qui pourraient venir l’enrayer.

Mr Hublot et Robot pet

Un jour, il aperçoit un chien « fait de bric et de broc » en bas de chez lui, abandonné et perdu. Face au dilemme de rester chez lui à l’abri du monde extérieur ou d’écouter son bon cœur, il finira après son rituel de TOC à aller au-delà de ses peurs, les affronter, même s’il doit pour cela énormément prendre sur lui. Il va sortir de chez lui et accueillir le jeune chien dans son foyer.

Grossissant énormément et prenant de plus en plus de place, ce dernier va mettre Mr. Hublot face à un nouveau défi : oser changer son lieu de vie, ses habitudes et son quotidien. Mr. Hublot va réussir à partager son quotidien et son habitat avec un autre être, et même si par la suite Mr. Hublot ne va pas finir par chambouler toute sa vie au final, il aura déjà fait des efforts, qui pour lui, auront été autant d’énormes pas de faits afin d’évoluer quelque peu.

Loft Mr.Hublot

Ce court-métrage admirable au scénario tout simple parlera à tous, et particulièrement aux personnes souffrant de TOC, phobiques sociales, agoraphobes, pour qui le monde extérieur est un danger et une menace constante, mais qui souffrent énormément de ne « pouvoir » vivre comme tout le monde. Et puis, on a tous à un moment voulu se réfugier dans son cocon, chez soi, et ne pas vouloir en sortir, tant l’agression perpétuelle du monde extérieur est difficile à vivre pour les hypersensibles.

Voici le court-métrage « Mr. Hublot », ayant remporté l’Oscar du meilleur court-métrage d’animation en 2014. N’hésitez pas à donner votre avis en commentaire !