[Critique et analyse croisée] Billy Elliot/Flashdance : se battre pour son rêve

Flashdance 1983 real : Adrian Lyne jennifer beals collection christophelAffiche Billy Elliott

 

Oui je sais, on pourrait dire que les deux films n’ont rien à voir. Pas sortis à la même époque (mais se déroulant tout les deux dans les années 1980) , ne se passant pas dans le même pays, dans le même décor ; l’un des héros est un enfant venant des bassins miniers pauvres de l’Angleterre ; l’autre une jeune femme travaillant comme soudeuse à Pittsburgh aux États-Unis, à une époque où le chômage rongeait la ville. Mais tous les deux n’ont qu’un seul rêve : danser. Face aux doutes, aux autres, à la raison, ils auront tous les deux pourtant à se battre. Ayant vu ces deux films l’un après l’autre, j’ai eu l’idée de croiser leurs similarités, et leurs différences, leurs forces et leurs faiblesses…

Billy Elliott

Sorti le 20 décembre 2000. Durée : 1h50.

Genre : Comédie dramatique.

Réalisation par Stephen Daldry.

Scénario par Lee Hall.

Musique : Stephen Warbeck.

Récompenses majeures : BAFTA Awards 2001 : Meilleur film britannique, Meilleur acteur pour Jamie Bell, Meilleure actrice dans un second rôle pour Julie Walters.

Avec Jamie Bell (Billy Elliot), Gary Lewis (Jackie Elliot, le père de Billy), Jamie Draven (Tony Elliot, le frère de Billy), Jean Heywood (la grand-mère), Julie Walters (Mrs. Wilkinson, la professeur de danse), Stuart Wells (Michael Caffrey, le meilleur ami de Billy).

Synopsis Dans un petit village minier du Nord-Est de l’Angleterre, Billy, onze ans, découvre avec stupeur qu’un cours de danse partage désormais les mêmes locaux que son club de boxe. D’abord effaré, il devient peu à peu fasciné par la magie de la gestuelle du ballet, activité pourtant trop peu virile au regard de son père et de son frère Tony, mineurs en grève.
Billy abandonne les gants de cuir pour assister discrètement aux leçons de danse professées par Mme Wilkinson. Repérant immédiatement un talent potentiel, elle retrouve une nouvelle énergie devant les espoirs que constitue Billy.
Les frustrations larvées explosent au grand jour quand son père et son frère découvrent que Billy a dépensé l’argent consacré au cours de boxe pour des cours de danse.
Partagé entre une famille en situation de crise et un professeur de ballet têtu, le jeune garçon embarque alors dans un voyage à la découverte de lui-même.

Billy Eliot extrait film

    *******************************

Flashdance 

Sorti en septembre 1983. Durée : 1h35.

Genre : comédie dramatique musicale.

Réalisation par Adrian Lyne.

Scénario par Tom Hedley et Joe Eszterhas, d’après une histoire de Tom Hedley.

Musique : Giorgio Moroder.

Récompenses majeures : Oscars 1984 : Oscar de la Meilleure chanson pour Irene Cara.

Avec Jennifer Beals (Alex Owens), Michael Nouri (Nick Hurley), Sunny Johnson (Jeanie Szabo, la meilleure amie d’Alex et serveuse du cabaret), Kyle T. Heffner (Richie), Lilia Skala (Hanna Long),.

Synopsis Alex Owens vit à Pittsburgh, capitale de l’industrie sidérurgique, gangrénée par le chômage. Elle travaille comme soudeuse sur un chantier. Le soir, pour gagner un peu d’argent, elle danse dans un cabaret. Et puis elle aime cet art, alors, progressivement, elle sacrifie tout son temps libre pour s’entraîner afin d’entrer dans une grande école de danse.

Jennifer Beals Flashdance

Ma vision des films :

Si je ne souhaitais au départ ne parler que de « Billy Elliot », je le trouvais trop dramatique pour en parler tout seul et ne pas plomber le moral de mes lecteurs. J’ai eu l’idée d’équilibrer mon analyse avec un autre film un peu plus « feel-good » qu’est « Flashdance », un des films cultes des années 1980. Oui, « Flashdance » sur Rêves Animés, cela peut surprendre. Mais bien sûr, il est souvent de bon ton de taper sur les classiques, et même si celui-ci n’est pas exempt de défauts, il a ses bons côtés : des personnages attachants, une « héroïne » qui a un but à atteindre, un rêve à réaliser…

Si Billy Elliot vit en Angleterre, avec son père et son frère (sa mère est décédée) dans les bassins miniers d’Angleterre, dans un foyer où on ne montre jamais ses émotions, où le père et le frère font la grève. Billy fait de la boxe, mais le cours de danse classique s’installant dans la même salle, il va y prendre goût, au début à l’insu de son père et de son frère. Alex, elle dans « Flashdance », est soudeuse dans un chantier à Pittsburgh pour gagner sa vie, et danse dans un cabaret le soir, où la bonne humeur est tout de même de mise grâce à l’esprit de bonne camaraderie qui y règne. Notamment grâce à Richie, sympathique cuisinier qui se rêve comédien/humoriste et veut tenter sa chance à L.A. Richie est le bon copain que tout le monde aimerait avoir, attachant, sympathique, toujours de bonne humeur. Sa meilleure amie, Jeanie, se rêve également patineuse artistique.

Billy Eliott

On ne voit jamais les parents ni de famille du côté d’Alex, elle vit seule, indépendante, avec son chien, à seulement 18 ans. Mais elle est tout de même bien entourée, avec donc ses collègues, sa voisine âgée qui fut danseuse et qui la pousse à réaliser son rêve, et bientôt son patron qui va tomber amoureux d’elle et la prendre sous son aile. Si Billy lui, trouve un quelconque soutien, c’est auprès de son professeur de danse qui fera tout pour que Billy devienne danseur, ce qui constitue aussi pour elle le dernier défi de sa vie.

Si les deux amis d’Alex dans « Flashdance », [Attention spoiler] Jeanie et Richie, ne réaliseront de leur côté par leur rêve, [Fin du spoiler] ce qui est touchant dans ces deux films, c’est que nos deux héros principaux, n’osent même pas rêver d’atteindre leur but : réussir leur audition. Néanmoins, une fenêtre d’espoir s’entrouvre, ils passent par des moments de doute, de peur immense, qui les fait perdre pied et presque abandonner au moment d’atteindre leur but : [Attention spoiler] Alex en voudra à Nick de lui avoir donné un coup de pouce pour avoir une audition et cache sa peur derrière sa colère ; Billy va frapper un camarade venant aussi passer une audition à Londres, passant ses peurs dans la violence, ce qui aurait pu d’ailleurs lui coûter sa place. [Fin du spoiler].

Billy au milieu des danseuses

[Attention spoilers] Du côté d’Alex, le décès de sa voisine âgée lui a certainement donné la force d’aller à cette audition et de donner le meilleur d’elle-même. Leur audition, point d’orgue de chacun des deux films, sonnera pour Alex un but atteint (scène finale du film), et pour Billy le départ vers une nouvelle vie (on le verra à la fin danser « Le Lac des Cygnes » à 25 ans devant son père et son frère), désormais plein d’assurance, lui qui avait peur de partir vers la « grande ville », la capitale qu’il n’avait jamais vue, Londres. Son père, que l’on croyait indécrottable, a bien évolué et réagi afin de permettre à son fils d’avoir un meilleur destin. [Fin des spoilers].

Si les deux films sont différents, les personnages principaux que sont Billy et Alex aussi, les rêves, les espoirs, les doutes et les peurs sont par contre les mêmes, universels, ainsi que l’acharnement à vouloir vivre une autre vie que le destin qui leur semblait tout tracé.

« Quand on oublie ses rêves, et bien, on meurt. » – Nick à Alex dans « Flashdance »

Alex et Nick dans Flashdance

Une réflexion sur “[Critique et analyse croisée] Billy Elliot/Flashdance : se battre pour son rêve

  1. j’ai aimé les deux films avec une préférence pour Billy Elliot probablement dû à l’âge où je les ai vu. Flashdance c’était un rêve de petite fille, le film qui nous a certainement toutes poussés à être danseuse. Et Billy, c’est un tout la tendresse, tristesses et leçon de vie.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s