[Critique et analyse] L’extraordinaire voyage de Marona, vu en avant-première (attention spoilers)

L'extraordinaire voyage de Marona affiche Affiche Cinémanimé région sud

J’ai eu la chance de voir ce film en avant-première le week-end dernier (avant sa sortie officielle au moins de janvier 2020), grâce aux séances spéciales de Cinémanimé, ayant lieu dans le sud de la France du 13 octobre au 12 novembre. Présenté en sélection officielle au dernier Festival International du Film d’Animation d’Annecy, ce dessin animé coloré aux images très originales, est poignant d’amour et de dévouement total et sans failles d’un chienne envers ses maitres successifs.

Sortie officielle le 8 janvier 2020. Durée : 1h32.

Genre : dessin animé.

Nationalité : roumain, français, belge.

Réalisation et scénario par Anca Damian.

Musique : Pablo Pico.

Production : Anca Damian, Tomas Leyers, Ron Dyens.

Distribution (France) : Cinéma Public Films.

Avec les voix françaises de Lizzie Brocheré (Marona), Bruno Salomone (Manole, le 1er maitre de Marona), Thierry Hancisse (Istvan, 2ème maitre de Marona), Nathalie Boutefeu (Medeea), Shirelle Mai-Yvart (Solange enfant, 3ème maitresse de Marona), Maïra Schmitt (Solange adolescente).

Extrait du film L'extraordinaire voyage de Marona

Synopsis : Victime d’un accident, une chienne se remémore ses différents maîtres qu’elle a aimés tout au long de sa vie. Par son empathie sans faille, sa vie devient une leçon d’amour.

Ma vision du film :

« L’extraordinaire voyage de Marona » nous raconte, du point de vue d’une petite chienne, appelée tout d’abord « 9 », de sa position dans la portée de sa mère, puis Anna du nom de son premier maitre, un acrobate, puis Sarah, puis Marona… sa vie après un accident de la route, auprès de ses maitres successifs. C’est de prime abord simple, aux traits de dessins simples mais colorés, et pourtant…

Marona et son premier maitre Acrobate L'extraordinaire voyage de Marona

Ce dessin animé de nationalité roumaine, belge et française m’a bouleversé. Depuis « L’ile aux chiens » de Wes Anderson, sorti l’année dernière, et surtout « Hatchi » de Lasse Hallström que je ne peux revoir sans verser un torrent de larmes, je n’avais jamais ressenti autant cette fidélité et ce dévouement sans failles d’une chienne envers ses maitres successifs, malgré parfois la froideur, l’inimitié, la méfiance voire la violence d’une vieille femme malade.

Car les « montagnes russes » vécues par Marona depuis sa naissance (l’espoir, l’adoption puis le bonheur avec son premier maitre acrobate, Manole, puis ses départs pas si évidents vers ses prochains maitres ou familles, la tristesse…) sont aussi les nôtres pendant une heure trente. La narration de Marona, la musique, le côté poétique mais à la fois psychédéliques des images m’ont littéralement bouleversée… Si justement au niveau graphique le long-métrage est parfois dur à suivre car beaucoup d’informations font parfois perdre le fil, cela ne suffit pas à gâcher le moment.

Le périple de Marona

« L’extraordinaire voyage de Marona » est le genre de films qui donne envie de serrer dans ses bras chaque chien croisé dans la rue après la sortie du cinéma. Il nous prouve encore, s’il en est encore besoin, que le chien ne vous lâchera jamais, vous sera toujours dévoué, fidèle, quoi qu’il arrive. Son seul bonheur est de partager sa (courte) vie avec son maitre. À la fin du film, bouleversée au point de ne presque pas pouvoir sortir un mot, je sentais une émotion profonde, particulière, comme si j’allais me liquéfier sur place. Le genre d’émotions ressenties comme seul le cinéma sait le faire, me concernant…

Portrait de Marona L'extraordinaire voyage de Marona

Ayant visionné le film plusieurs mois avant sa sortie officielle, je ne peux trop vous en dire de peine de trop vous en révéler avant de pouvoir le voir dans les salles obscures. Car oui, je vous conseille très fortement d’aller voir « L’extraordinaire voyage de Marona » à sa sortie (ou jusqu’en novembre si vous vivez dans le sud, voire lors d’autres avant-premières ailleurs en France). Ce film devrait même être diffusé dans les écoles afin de sensibiliser les enfants au respect des animaux de compagnie et à l’abandon.

Le personnage de Marona fut inspiré par une chienne recueillie par la réalisatrice du film. Il donne vie à une petite pépite, qui prouve que les dessins animés ou films d’animation étrangers (notamment des pays de l’est, ici de Roumanie) méritent d’être vus. Heureusement, certains festivals comme celui d’Annecy les mettent à l’honneur pour qu’ils puissent être partagés au plus grand nombre de spectateurs. Je vous mets au défi de retenir vos larmes en sortant de la séance…

Marona et ses derniers maitres L'extraordinaire voyage de Marona

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s