[Critique et analyse] Le cercle des poètes disparus (Peter Weir, 1989)

Affiche Le cercle des poètes disparusEn grande amatrice de la carrière de Robin Williams, je n’avais encore pourtant jamais vu  l’un de ses films les plus emblématiques, « Le cercle des poètes disparus ». Si le film est assez classique dans son déroulé cinématographique, le message porté par ce dernier et les valeurs auxquelles il fait réfléchir valent la peine de s’y intéresser. Robert Sean Leonard, le futur James Wilson, oncologue et meilleur ami de Dr House, était tout jeune et faisait ainsi dans le film ses débuts de comédien au cinéma.

Sorti en 1990. Durée : 2h13.

Genre : drame.

Réalisation par Peter Weir.

Scénario par Tom Schulman.

Musique : Maurice Jarre.

Société de production : Silver Screen Partners IV et Touchstone Pictures.

Distribution : Buena Vista Pictures, Warner Bros., Gaumont Buena Vista International (ressortie de 2004).

Récompenses majeures : Oscars 1990 : Oscar du meilleur scénario original pour Tom Schulman ; César 1991 : meilleur film étranger ; British Academy Film Awards 1990 : meilleur film, meilleure musique originale pour Maurice Jarre.

Keating et ses élèves Le cercle des poètes disparus

Avec Robin Williams (John Keating, professeur de lettres), Robert Sean Leonard (Neil Perry), Ethan Hawke (Todd A. Anderson), Josh Charles (Knox T. Overstreet), Gale Hansen (Charlie Dalton), Dylan Kussman (Richard S. Cameron), Allelon Ruggiero (Steven K.C. Meeks Jr), James Waterston (Gerard J. Pitts), Norman Lloyd (M. Nolan, directeur de l’école), Kurtwood Smith (M. Perry).

Synopsis : Todd Anderson, un garçon plutôt timide, est envoyé dans la prestigieuse académie de Welton, réputée pour être l’une des plus fermées et austères des États-Unis, là où son frère avait connu de brillantes études.
C’est dans cette université qu’il va faire la rencontre d’un professeur de lettres anglaises plutôt étrange, Mr Keating, qui les encourage à toujours refuser l’ordre établi. Les cours de Mr Keating vont bouleverser la vie de l’étudiant réservé et de ses amis…

Le cercle des poètes disparus la troupe au complet

Ma vision du film :

En 1989, alors au sommet de sa carrière, Robin Williams incarnait dans « Le cercle des poètes disparus » John Keating, un professeur de lettres aux méthodes peu conventionnelles dans une académie très stricte. Ses jeunes élèves se demandent au départ à quel professeur étrange ils ont affaire, puis se prennent au jeu de la méthode « Keating » qui les pousse à se dépasser, à s’affranchir et à être libres.

Le jeune Neil, interprété par Robert Sean Leonard (connu plus tard sous le nom de Wilson, meilleur ami de Dr House) se « prend au jeu » au-delà des espérances de Keating, et se prend à rêver d’une carrière d’acteur, et se lance à corps perdu dans le théâtre. Mais son père, dur et intransigeant (voire psychorigide) ne l’entend pas du tout de cette oreille… Neil continuera ses études comme prévu et fera le métier choisi. [Attention spoiler] Mais Neil, désespéré, ne voit que comme seule issue le suicide… [Fin du spoiler]. Si la méthode est radicale (mais si ça ne s’était pas passé ainsi la « morale » de la fin du film aurait été inexistante), cela amène au moins certains de ses camarades à réfléchir, même si son père ne se remettra pas en question et pointera du doigt les méthodes du professeur Keating. Certains autres membres du « cercle » ne seront pas pour autant courageux et se sentiront obligés d’appuyer la version du père de Neil, pour ne pas être exclus de l’école.

Le cercle des poètes disparus John Keating et ses élèves

L’injustice, la calomnie, le manque de courage sont ici mis en lumière, mais le film prône aussi grâce au professeur Keating la persévérance, la confiance en soi, le fait de croire en ses rêves, d’oser rêver. John Keating était trop anticonformiste au vu des méthodes strictes de cette école.

Le long-métrage traite également du sujet très intéressant du choix de vie et d’études des parents envers leurs enfants. La mère de Neil manque aussi de courage afin de s’opposer à son mari : elle s’abaisse et se tait.

Robin Williams, entre énergie et retenue, est admirable et tout le monde aurait voulu avoir un professeur comme Keating qui pousse ses élèves dans le bon sens. Trop de professeurs sont conformistes, négatifs alors que la vie n’est pas que cela et tout le monde y gagnerait à être plus positif et moteur. Certains pays l’ont compris depuis longtemps et ont intégré l’idée d’inculquer le bonheur aux élèves dès le plus jeune âge, notamment les pays nordiques (Danemark, Finlande, Suède….).

John Keating Le cercle des poètes disparus

Le « cercle » où les élèves se réunissent (et auquel je n’ai pas toujours tout compris, il faut l’avouer…) n’est qu’un prétexte pour raconter cette histoire d’attachement entre un professeur et ses élèves.

La mort de Neil a tout chamboulé : à la fin du film, malgré une durée de deux heures, on se pose encore certaines questions : Todd a-t-il finalement réussi à séduire Chris, la jeune fille dont il est tombé amoureux ? [Attention spoiler] Que va devenir le professeur Keating après son exclusion de l’école ? [Fin du spoiler]. Un épilogue sur ce que deviennent les personnages du film aurait peut-être été bienvenu.

Malgré que le film soit peut-être trop « académique » (après avoir entendu parler de ce film je m’en faisais peut-être l’idée de quelque chose de plus « extraordinaire »), « Le cercle des poètes disparus » fait réfléchir à beaucoup de sujets : la faiblesse, le manque de courage, mais aussi croire en soi et ses rêves, toujours garder son libre arbitre…

Le cercle des poètes disparus les èlèves debout disent au revoir à Keating

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s