[Critique et analyse] Fantastic Mr Fox (réalisé par Wes Anderson, 2009)

Affiche Fantastic Mr Fox

Neuf ans avant « L’ile aux chiens » (voir mon article sur le film ICI) sorti il y a un an, Wes Anderson s’essayait à la réalisation de films en stop-motion, adaptant le roman de Roald Dahl, « Fantastique Maître Renard » en un film d’animation caustique, « Fantastic Mr. Fox ». On y retrouve la patte (de renard…) du réalisateur au style si particulier, presque inédit dans le paysage cinématographique, si cher aux inconditionnels du metteur en scène américain.

Genre : Film d’animation. Durée : 1h27.

Sorti en 2009.

Réalisation par Wes Anderson.

Scénario par Wes Anderson et Noah Baumbach, d’après le roman « Fantastique Maître Renard » de Roald Dahl.

Musique : Alexandre Desplat.

Société de production : Twentieth Century Fox Film Corporation, Indian Paintbrush, Regency Enterprises, American Empirical Pictures et Fox Animation Studios.

Distribution : 20th Century Fox.

Récompenses majeures : Cristal du meilleur long métrage au Festival international du film d’animation d’Annecy 2010.

Capture film Fantastic Mr Fox

Avec les voix françaises de Mathieu Amalric (George Clooney en VO) (Mr. F.F. « Foxy » Fox), Isabelle Huppert (Meryl Streep en VO) (Mrs. Felicity Fox), Alexis Tomassian (Ash Fox, le fils de Mr. et Mrs. Fox), Emmanuel Garijo (Kristofferson Silverfox, le neveu de Mr. et Mrs. Fox), Patrick Floersheim (Bill Murray en VO) (Clive Badge, le « blaireau »), Philippe Bozo (Kylie Sven Opposum), Dominique Collignon-Maurin (le Rat), Xavier Fagnon (Wes Anderson en VO) (Belette), Pierre Dourlens (Franklin Bean, un des fermiers).

Synopsis : M. Fox, le plus rusé des voleurs de poules, sa femme, Mme Fox, Ash, son fils, le cousin Kristofferson et tous les autres animaux de la forêt défient trois odieux fermiers. Ils vont vivre la plus périlleuse et délirante des aventures.

Ma vision du film :

J’ai longtemps cru, jusqu’alors, que Wes Anderson était britannique. Mais notre singulier réalisateur est américain, né à Houston, au Texas. Comment aurais-je pu l’imaginer d’une autre nationalité que britannique, tant il manie l’humour pince-sans-rire habituel des Anglais (et c’est, venant de moi, ce que j’estime être bien sûr, un compliment), mieux que personne ?

Scène de Fantastic Mr Fox

Dans ce premier film d’animation « fabriqué » de manière artisanal, par la technique du stop-motion (ou image par image, voir mon article sur le sujet ICI), on reconnaît instantanément le style distinct, original et remarquable, du réalisateur : un découpage par chapitres ou parties ; des répliques bien trouvées, bien placées, drôles et grinçantes (voir citations) ; des détails visuels et des « clins d’œil », pour lesquels il nous faudrait plusieurs visionnages afin de tous les voir et/ou en étant fin observateur. [Attention spoilers] Par exemple, dans la scène où les deux enfants, Ash et Kristofferson jouent au Whack-Bat (sport mêlant cricket et baseball), un avion avec une banderole publicitaire passe au même moment dans le ciel, au-dessus des personnages. Il faudrait faire un arrêt sur image afin de pouvoir tout bien lire, mais on peut apercevoir l’annonce de l’ouverture prochaine du supermarché Boggis, Bunce et Bean, des noms des trois fermiers ennemis de Mr. Fox, le même supermarché que l’on retrouvera à la fin, située au bout de la conduite d’égouts… où tous les animaux finiront par trouver de quoi s’alimenter afin de survivre, alors que les mêmes fermiers attendent Mr. Fox de pied ferme… Si ça, ce n’est pas un comble ! Une trouvaille de génie.

Capture d'écran scène du film Fantastic Mr Fox.

Également, on pourra retrouver (pour ceux ayant déjà visionné « L’ile aux chiens » avant « Fantastic Mr. Fox »), vers la fin du film, sur le chien ayant la rage, la même médaille que l’un des chiens dans « L’ile aux chiens », sorti 9 ans après. Flemmardise ou clin d’œil, chacun y verra ce qu’il voudra néanmoins ! [Fin des spoilers].

Mrs Fox. (à Mister Fox) « Je t’aime, mais je n’aurais jamais dû t’épouser. »

Le fils dans Fantastic Mr Fox

Les personnages principaux de « Fantastic Mr. Fox » sont logiquement « pourvus » d’un humour loufoque. Mr. Fox parle lui-même de sa marque de fabrique, ce fameux « tintement de bouche » » suivi d’un sifflement ; le mot « flûte » est très souvent employé à la place de mots ou d’expressions trop grossières, certainement pour ne pas « choquer » le jeune public : « se faire enflûter », « fils de flûte »… On entend aussi souvent durant le long-métrage, cette comptine comme une rengaine, décrivant les fermiers (au physique aussi ingrat que leur caractère, dans le film) : « Boggis, Bean, et Bunce, un petit, un gros, un mince, horribles truands, bien que différents, ils sont tous les trois si méchants… ».

Quasiment chacun des personnages possède une tare, un défaut : Mr. Fox ne peut s’empêcher de voler aux humains des poules et du cidre, il est désinvolte et a la tête dure, mais il est également quelque peu prétentieux ; Ash est jaloux de Kristofferson, impulsif ; le blaireau, complice « forcé » de Mr. Fox, ne s’impose jamais face à ce dernier, et semble partir on ne sait où lorsqu’on lui explique quelque chose (à voir ses yeux devenir psychédéliques)… Tous ces animaux sont imparfaits, tout comme nous autres êtres humains.

Mrs Fox. (à Mister Fox) « S’il se passe ce que je crois qu’il se passe, ça va mal se passer. »

Le couple Fantastic Mr Fox

Même s’il s’agit d’animaux sauvages (Mr. Fox ne cessera d’ailleurs de le répéter tout au long du film, afin sans doute de se donner une excuse d’être un voleur de poules mettant sa famille et ses semblables en danger), ils ont les mêmes préoccupations familiales, professionnelles et morales qu’un être humain : gagner sa vie, devenir propriétaire, se sentir rejeté et jamais assez bien pour son père (Ash, le fils), la jalousie de ce dernier envers Kristofferson, le neveu, qui semble si parfait… Le pardon, la résilience, la  rédemption, la confiance sont des valeurs abordées tout au long du film, des valeurs souvent mises à mal par l’instinct de l’animal sauvage, reprenant le dessus sur tout le reste.

Mister Fox – « Ma mission suicide est annulée. Nous la remplaçons par une mission sauvetage tout-ou-rien.

Scène Fantastic Mr Fox

« Fantastic Mr. Fox » est un film grouillant de détails aussi bien visuels que de clins d’œil à repérer pour les plus observateurs, de répliques bien senties et de dialogues piquants. Malgré tout, ma préférence va à « L’ile aux chiens », au propos plus « fin », plus nuancé et sans doute plus humaniste (à mon humble avis). Ces deux films d’animation, ainsi que « The Grand Budapest Hotel », sont les trois films de Wes Anderson que j’ai visionnés pour le moment, mais ils suffisent déjà se faire une idée bien précise du style Wes Anderson. Ses deux films d’animation me donne envie (entre autres réalisateurs), de m’intéresser davantage à la technique du stop-motion et de réaliser un film d’animation par ce biais.

Pour les passionnés du stop-motion et de Wes Anderson, voici deux très beaux ouvrages (en anglais) sur les coulisses de la réalisation de « Fantastic Mr. Fox » et « L’ile aux chiens » :

Fantastic Mr. Fox: The Making of the Motion Picture (lien vers l’éditeur américain Rizzoli)

Wes Anderson collection isle of dogs (lien vers l’éditeur Abrams)

La famille Fantastic Mr Fox

Une réflexion sur “[Critique et analyse] Fantastic Mr Fox (réalisé par Wes Anderson, 2009)

  1. Ping : Tous les films d’animation peuvent-ils être tous publics ? | Rêves Animés

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s