[Critique et analyse du film] Hatchi : à jamais fidèle à son maître

19282162

Voilà un film que j’ai découvert tout récemment et qui m’a marqué à jamais au fer rouge. L’histoire toute simple, sans fioritures, inspirée d’une histoire vraie, d’un chien si attaché à son maître, qu’il lui sera fidèle toute sa vie, et même au-delà. Blâmé par la presse, élevé au rang de chef-d’œuvre par le public, « Hatchi » est un film qui vous touchera au plus profond de votre être, et bien davantage si vous êtes un amoureux des chiens. Un conseil cependant : gardez un paquet de mouchoirs près de vous, lors du visionnage…

Sorti en 2009.

Réalisation par Lasse Hallström.

Scénario par Stephen P. Lindsey.

Société de production : Inferno Entertainment.

Société distribution : Metropolitan Filmexport (France), 20th Century Fox (Allemagne), Stage 6 Films (États-Unis).

Musique : Jan A. P. Kaczmarek.

Hatchi-Photo-Promo-03

Avec Richard Gere (Parker Wilson), Joan Allen (Cate Wilson), Sarah Roemer (Andy Wilson), Jason Alexander (Carl), Cary-Hiroyuki Tagawa (Ken).

Hachi est joué par un chien de la race des Shiba Inu, et deux de la race Akita Inu, chacun jouant une période différente de la vie d’Hachi.

Synopsis : Pour Parker, professeur de musique à l’université, l’arrivée du chien Hatchi dans la famille fut un heureux événement. L’animal prit sa place auprès de chacun, mais c’est avec Parker qu’il passait le plus de temps. Chaque matin, le chien accompagnait son maître à la gare où il prenait son train, et chaque soir, l’animal venait l’y attendre. Cet attendrissant rituel rythmait la vie de tous ceux qui en étaient témoins… jusqu’au jour tragique où Parker ne revint pas. Hatchi continua à l’attendre. Il l’attendit chaque jour, jusqu’à la fin. À force de fidélité et de patience, l’animal devint non seulement une légende, mais il bouleversa tous ceux qui connurent son histoire.

Ma vision du film :

Certaines histoires toutes simples nous bouleversent, au-delà des scénarios alambiqués, et des effets spéciaux complexes. L’histoire d’Hatchi (diminutif de Hatchiko) est de celles-ci. Si vous êtes amateurs(trices) de blockbusters, de films à multiples rebondissements et à l’action trépidante, peut-être n’apprécierez-vous pas « Hatchi » à sa juste valeur, mais je vous mets néanmoins au défi de ne pas être touché (mais je vous rassure, je ne fais pas « d’amalgames », et on peut très bien aimer les deux). Si vous sensibles aux animaux (ou seulement sensibles tout court…), et amoureux des chiens, l’histoire d’Hatchi va vous bouleverser.

[Attention spoilers] Parker, professeur de musique, rentre un soir du travail et trouve à la gare un chien errant, dont la cage s’est cassée en tombant. Ne retrouvant pas son propriétaire malgré tous les moyens mis à disposition (affichettes, annonces…), et s’étant attaché à ce chiot affectueux et mignon, il pense de plus en plus à le garder. Mais son épouse, Cate, ne le veut pas. Leur fille Andy, elle, s’y est attachée également. Un jour, Cate, recevant un appel d’une personne voulant adopter Hatchi, doit désormais admettre qu’il sera bien difficile de séparer ces deux êtres qui se sont si bien trouvés… [Fin des spoilers].

On voit plusieurs fois dans le film la vie à travers les yeux de Hatchi, et dans ces scènes, on voit ce qui se passe en noir et blanc. Ce film se révèle être plutôt dans un esprit « contemplatif »,  une ode à un chien fidèle à son maître jusqu’à son dernier souffle. La sobriété, est un des maîtres mots de ce long-métrage, qui souffre certes de quelques longueurs, notamment au début, lors des moments heureux échangés entre Hatchi et Parker. Mais ces scènes sont nécessaires pour s’attacher à eux, à leur duo si attendrissant, et pour comprendre à quel point les liens noués entre un humain et son animal peuvent être si forts.

[Attention spoilers] Mais bien sûr, tout était trop parfait et ne pouvait pas durer indéfiniment… Un jour, Hatchi ne veut pas que son maitre parte au travail et jappe, sans doute pour prévenir de quelque chose, comme un pressentiment qu’un malheur pourrait arriver à Parker… Hatchi, qui n’a jamais été très joueur et n’a jamais voulu ramener la balle à ce dernier, la prend avec lui et lui amène à la gare avant son départ pour jouer avec lui, pour lui faire plaisir, avant de ne plus jamais le revoir… [Fin des spoilers]. L’intuition et le sixième sens inné des chiens ne sont pas une légende, et on ne peut que le reconnaitre ici et s’incliner face à ce fait…

maxresdefault

L’attachement sans bornes et sans failles d’Hatchi envers Parker est très touchant. [Attention spoilers]. Pendant les scènes où Hatchi attend son maître devant la gare, les larmes montent, puis coulent, surtout pendant cette scène poignante, où la veuve de Parker revient 10 ans après le décès de celui-ci dans la ville, reconnaît Hatchi devant la gare, l’étreint et attend son train auprès de lui. Mon visage était embué de larmes que je n’ai tout simplement pas pu contenir… [Fin des spoilers].

Hatchi est si touchant qu’on a envie de le prendre dans ses bras et de le cajoler. [Attention spoilers] Malgré la vie heureuse dans leur foyer que lui proposent la fille de Parker et son mari, après le décès de son maître, Hatchi ne souhaite qu’une chose : l’attendre, coûte que coûte, et pour cela, il va mener sa vie de chien en vivant « libre » dans le quartier de la gare. Plus rien d’autre n’a importance que d’attendre inlassablement que Parker revienne… [Fin des spoilers].

e-nc3a3o-devemos-nunca-nos-esquecer-das-pessoas-que-amamos-sempre-ao-seu-lado

La musique, très présente dans le film, vient renforcer le sentiment d’attente, de solitude d’Hatchi et de mélancolie.

[Attention spoilers] Après plusieurs années à attendre Parker près de la gare, Hatchi est devenu une figure dans le quartier, et les badauds vont partager son histoire. Hatchi va devenir célèbre au-delà de la ville, si bien qu’un journaliste viendra interviewer le personnel de la gare afin d’en savoir plus sur ce chien qui attend que son maitre rentre du travail… mais qui ne rentrera jamais. Les lecteurs du journal, prenant connaissance de l’histoire d’Hatchi, vont envoyer de l’argent pour que les commerçants du quartier, les habitants… puissent subvenir à ses besoins, pour le nourrir, le soigner… Attendant toute sa vie durant que son maitre sorte de la gare, durant 10 ans, Hatchi s’éteindra paisiblement en se remémorant tous les moments heureux passés avec son Parker… [Fin des spoilers].

262398268a6560c940758bb8e7f0bb24

Le véritable Hatchiko, au Japon, qui inspiré le scénario du film. Une statue à son effigie a été érigée dans le pays du soleil levant.

Nous prenons davantage conscience, s’il en était encore besoin, en visionnant « Hatchi », de l’importance des animaux, de la place qu’ils ont à nos côtés, et qu’ils ne sont pas seulement là pour faire figuration, mais bien des êtres vivants, sensibles, nos compagnons de vie. Il ne faut jamais les sous-estimer, nous devons les aimer et les protéger comme ils le méritent. Ils sont, à bien des égards, bien plus fidèles et loyaux que l’être humain…

Hatchi est un film doux, tendre, une ode aux animaux, notamment aux chiens, meilleurs amis de l’homme, fidèles à leurs maîtres sans conditions. Inspiré d’une histoire vraie (celle d’un chien au Japon attendant neuf ans durant le retour de son maître dès le lendemain de son décès), ce film nous livre ici une morale poignante, joliment racontée par le petit-fils de Parker à ses camarades de classe : le sens véritable de la loyauté, de la fidélité et de l’amour. Les valeurs innées d’un chien envers son maître tant aimé… Jusqu’à son dernier souffle. Un film qui a désormais toute sa place parmi ceux que je porte à jamais dans mon cœur. 

2 réflexions sur “[Critique et analyse du film] Hatchi : à jamais fidèle à son maître

  1. Quasiment 10 ans que ce film est sorti et je ne l’ai pas encore vu … Roh la la … 🙈

    Je suis totalement d’accord avec toi concernant l’importance des animaux, leur rôle et le respect que nous devons leur accorder.

    Je pense que j’en ai d’autant plus conscience depuis que nous avons adopté Dolly. Pour moi elle ne nous appartient pas, mais elle partage notre vie et nous essayons de la lui rendre la plus agréable possible.

    La tendance actuelle du végétarisme/véganisme montre bien que les gens ouvrent les yeux et se posent de plus en plus de questions quant à notre comportement envers les animaux et je trouve ça génial !

    Je vais essayer de regarder le film prochainement ! =)

    Aimé par 1 personne

    • Coucou Anaïs ! Merci pour ta visite et pour tes commentaires. Je suis certaine que tu apprécieras le film. La fondation 30 millions d’amis a permis la création du Code Civil de l’animal, les choses semblent bouger dans le bon sens… Hélas, il y a toujours de la cruauté et de la maltraitance envers les animaux. Mais il faut espérer des peines de prison ferme et des amendes très conséquentes désormais. On avance !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s