[Critique et analyse du film] Vice-Versa, une plongée au cœur des émotions

571071

Suite à la diffusion du film des studios Disney-Pixar sur M6 le dimanche 1er avril en prime time, voici mon analyse de ce film encensé par la critique, mettant en scène les émotions d’une jeune fille dans son cerveau en ébullition, lors de son passage de l’enfance à l’adolescence.

Sorti en 2015.

Réalisation par Pete Docter (coréalisation : Ronnie del Carmen).

Scénario par Pete Docter, Meg Lefauve et Josh Cooley.

Société de production : Pixar Animation Studios et Walt Disney Pictures.

Musique : Michael Giacchino.

Distribution : Walt Disney Studios Distribution.

Récompenses majeures : Oscars 2016 : meilleur film d’animation.

Golden Globes 2016 : meilleur film d’animation.

British Academy Film Awards 2016 : Meilleur film d’animation.

Avec les voix françaises de Charlotte le Bon (Joie), Marilou Berry (Tristesse), Gilles Lellouche (Colère), Mélanie Laurent (Dégoût), Pierre Niney (Peur), Clara Poincaré (Riley Andersen), Françoise Cadol (la mère de Riley), Alexis Victor (le père de Riley), Didier Gustin (Bing Bong).

perso Vice versa

Synopsis : Au Quartier Général, le centre de contrôle situé dans la tête de la petite Riley, 11 ans, cinq Émotions sont au travail. À leur tête, Joie, débordante d’optimisme et de bonne humeur, veille à ce que Riley soit heureuse. Peur se charge de la sécurité,  Colère s’assure que la justice règne, et Dégoût empêche Riley de se faire empoisonner la vie – au sens propre comme au figuré. Quant à Tristesse, elle n’est pas très sûre de son rôle. Les autres non plus, d’ailleurs… Lorsque la famille de Riley emménage dans une grande ville, avec tout ce que cela peut avoir d’effrayant, les Émotions ont fort à faire pour guider la jeune fille durant cette difficile transition. Mais quand Joie et Tristesse se perdent accidentellement dans les recoins les plus éloignés de l’esprit de Riley, emportant avec elles certains souvenirs essentiels, Peur, Colère et Dégoût sont bien obligés de prendre le relais. Joie et Tristesse vont devoir s’aventurer dans des endroits très inhabituels comme la Mémoire à long terme, le Pays de l’Imagination, la Pensée Abstraite, ou la Production des Rêves, pour tenter de retrouver le chemin du Quartier Général afin que Riley puisse passer ce cap et avancer dans la vie…

Ma vision du film :

Germant dans l’esprit de son créateur Pete Docter en voyant sa propre fille grandir et devenir adolescente, « Vice Versa » est un long métrage qui tente de répondre à la question suivante : « Que se passe-t-il dans la tête de nos enfants lorsqu’ils grandissent ? ».

Et l’on peut dire que le pari est en grande partie réussi, puisque ce film, coloré, inventif et ludique, divertit en même temps qu’il nous apprend beaucoup de choses concernant nos émotions, les différents aspects de la personnalité, et le fait que chaque émotion a son rôle à jouer. Il ne sert à rien de renier ses émotions ; il faut tenter de les prendre comme elles viennent, en essayant de les apprivoiser au mieux et de ne pas les renier.

maxresdefault5

Riley, jeune fille originaire du Minnesota,  déménage avec ses parents à San Francisco. Devoir changer de vie, d’école, ne plus voir ses amis, laisser son équipe de hockey sur glace… est un véritable chamboulement pour elle, d’autant qu’au même moment, son passage à l’adolescence est déjà une épreuve en soi… Joie, émotion dominante chez Riley depuis sa naissance, va peu à peu laisser une plus grande place à ses autres émotions, tour à tour Colère, Dégoût, Peur et Tristesse… cette dernière prenant de plus en plus une place dominante sur les autres émotions. Joie va penser que Tristesse n’est pas indispensable à Riley, rendant tristes tous ses souvenirs d’enfance enfouis dans sa mémoire, si elle ose à peine y toucher…

maxresdefault6

[Attention spoilers !] Les ilots de la personnalité, présents dans le cerveau de Riley (Famille, Amitié, Honnêteté, Bêtise…)  s’effondrent peu à peu au fur et à mesure des déceptions de cette dernière, pour en laisser place à d’autres, fruit de la transformation de la jeune fille de l’enfance à l’adolescence. Certains moments du film sont bouleversants, notamment quand l’ami imaginaire de Riley, Bing Bong, disparaît à jamais, ou quand les souvenirs joyeux de Riley s’effacent, laissant Joie anéantie, lui faisant perdre son éternelle bonne humeur et son optimisme. Elle prend alors conscience à ce moment précis, que plus rien ne sera jamais comme avant pour Riley et qu’il est naturel que certains de ses souvenirs de sa petite enfance s’échappent, pour en laisser place à d’autres. [Fin du spoiler]

Joie va aussi prendre conscience peu à peu, de l’importance de Tristesse. Si elle pensait qu’elle était la seule à pouvoir se « porter garante » du bonheur de Riley, les autres émotions se révèlent également indispensables à son bon équilibre. Quand Bing Bong se confie en pleurant à Tristesse, celui-ci se sent soulagé d’avoir pu confier sa détresse en parlant de ce qui le rend triste, et d’être écouté. Joie va s’en rendre compte. Quand Riley repense à certains souvenirs de son enfance, étant autrefois joyeux, le fait qu’ils se teintent quelque peu de Tristesse ne veut pas forcément dire qu’ils soient tristes à jamais : ce sont désormais des souvenirs empreints de nostalgie, auxquels on repense parfois en étant mélancolique, mais qui nous mettent du baume au cœur, et nous font du bien.

maxresdefault1

[Attention spoilers !] D’ailleurs, la prise de conscience de Joie va l’amener à laisser une plus grande place à Tristesse dans le contrôle des émotions de Riley, lorsqu’elles retrouveront le chemin du Quartier Général. [Fin du spoiler] Si la joie et la bonne humeur sont indispensables étant enfant, plus l’on évolue au cours de sa vie, plus les émotions tendent à être complexes. Tout ne sera pas seulement blanc ou noir, mais notre personnalité comporte une multitude de nuances qui nous définissent et font de nous un être unique.

Afin d’être réalistes dans leur illustration de la complexité des émotions et de la personnalité, l’équipe du film a recueilli les témoignages de différents experts en psychologie humaine. Si le film se doit de divertir en étant au plus près des émotions de Riley dans son cerveau en ébullition (ce qui donne toute sa saveur et son intérêt premier au film), il doit également être crédible et apporter des informations exactes aux spectateurs.

maxresdefault4

Selon le propos de plusieurs scientifiques, l’esprit humain peut exprimer une trentaine d’émotions différentes. Pour ne pas disperser les jeunes téléspectateurs, seulement cinq ont été retenues. Un temps présentes dans une première version du script, la fierté et la confiance ont par la suite été écartées de la version finale du film.

Si le long métrage est plus que plaisant et est considéré comme beaucoup comme un véritable chez d’œuvre, il ne s’agit pas, pour ma part, de mon Pixar préféré. En effet, si on passe un très bon moment lors du visionnage de ce film, on peut constater certaines longueurs, notamment quand Joie et Tristesse sont perdues dans l’entrepôt des souvenirs. Néanmoins, il reste un très bon divertissement que l’on prend plaisir à voir et revoir, avec des moments drôles et émouvants, et des personnages drôles et attachants (Colère est notamment hilarant !).

maxresdefault2

15 réflexions sur “[Critique et analyse du film] Vice-Versa, une plongée au cœur des émotions

    • Tout à fait ! C’était une sacrée idée de Pete Docter, cette immersion dans le cerveau d’une pré-ado. Même si je ne le place au niveau de Wall-E ou de Ratatouille me concernant, c’est un film très réussi, coloré et inventif. Du Pixar, en somme, comme tu l’as si bien mentionné 😉

      J'aime

  1. J’ai profindément détesté ce film… même s’il est très bien fait et tout, je suis retourné chez moi dans un état dépressif… un peu comme si j’avais croisé un des gardiens de la prison dans Harry Potter. Ça m’a pris plusieurs minutes sans bouger avant d’avoir le goût de faire quelque chose une fois à la maison…

    J'aime

    • Ah bon… Comme quoi, la vision qu’on se fait d’un film est très subjective. Qu’est-ce qui t’a déplu dans le film ? Peut-être la façon de traiter les souvenirs, qui deviennent teintés de nostalgie pour Riley…

      Aimé par 1 personne

      • Mais je comprends tout à fait que plusieurs aiment le film, car comme je dis, il est très bien fait et le concept est une bonne idée, c’est juste que sa détresse est tellement profonde à un certain moment du film que ça m’a laissé sans joie pour plusieurs heures

        Aimé par 1 personne

  2. Ils sont tellement fort chez Pixar. Le talent de créer des films avec tellement de degrés de lecture pour les enfants mais aussi les plus grands. J’avais pleuré comme une madeleine dans le cinéma. C’est vrai que ce film est très dur, la tristesse de la petite fille est tellement forte qu’on se sent impuissant. Mais heureusement chez Pixar tout se fini bien 🙂 A bientôt !

    Aimé par 1 personne

  3. Hey !
    J’ai bien aimé ce film, je l’ai revu il n’y a pas très longtemps d’ailleurs ^^. Même si comme toi, j’ai trouvé qu’il y avait certains passages un peu long… En tout cas, j’aime beaucoup comment les émotions sont représentées ainsi que la progression de l’histoire. Effectivement comme tu l’as dit dans l’article, Tristesse a bel et bien sa place dans les émotions, je dirais même qu’elle est aussi importante que Joie !

    Bisous

    Aimé par 1 personne

  4. Je n’ai vu que la fin surM6 mais j’en avais entendu parler à sa sortie. Tum’as donné envie de le voir.
    Je n’ai pas lu le spoil tout va bien lol
    Bises

    Aimé par 1 personne

  5. Coucou la belle,
    J’avais bien aimé ce film d’animation car je pense qu’il peut aider les plus jeunes à mettre des mots sur leurs émotions alors je trouve ça super:) J’en garde un excellent souvenir même si ça recommence à pas mal remonter ^^
    Des bisous à toi !

    Aimé par 1 personne

    • Coucou ! Oui tu as raison. En ce sens, les films de Pixar ont toujours une bonne morale et un état d’esprit positif, pas seulement pour les enfants, mais envers les adultes également. Merci pour ton commentaire. Bisous !

      J'aime

  6. Je suis d’accord avec toi concernant certaines longueurs.

    Je l’ai vu au cinéma et malgré certains points négatifs j’en suis ressortie chamboulée !

    Ça me donne envie de le regarder une nouvelle fois tiens =).

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s